« Nous pensons qu’en France, le sursaut est possible, que les Français vont à nouveau s’aimer eux-mêmes et s’aimer entre eux, pour se redécouvrir tels qu’ils sont : viscéralement catholiques. »

Numéro en cours

L'ÉDITO

Accueil - Monde & Vie

Eric Letty

Eric Letty

Editorialiste

Le Pape François se trompe de charité

Pour préparer la « journée mondiale du migrant et du réfugié 2018 », le pape François a diffusé, le 15 août, un message dans lequel il appelle à ouvrir largement les portes à l’immigration, au nom de la charité. Il est pourtant douteux que cette dernière y gagne. Les propositions de François émanent d’une conception essentiellement individualiste de l’immigration, envisagée comme un droit personnel qui primerait sur celui des nations. Cette opposition ne me paraît pas fondée. Dans son livre Mémoire et identité, saint Jean-Paul II rappelait que « la doctrine sociale catholique considère que tant la famille que la nation sont des sociétés naturelles et ne sont donc pas le fruit d’une simple convention. C’est pourquoi, dans l’histoire de l’humanité, elles ne peuvent être remplacées par rien d’autre. » Le pape polonais y définissait la nation comme « une communauté qui réside dans un territoire déterminé et qui se distingue des autres nations par une culture propre » et insistait sur l’importance de la culture nationale dans la résistance de son pays et de…
Lire la suite

La France macronisée

Rien ne pourrait faire plus de plaisir à Emmanuel Macron que de lui dire qu’il ne ressemble pas à ses prédécesseurs immédiats. Il a voulu en prendre le contre-pied avec un sens aigu de la communication, ayant compris – il l’a dit – que dans leur subconscient, les Français n’appellent pas de leurs vœux, pour les représenter, un marchand de tapis monté sur talonnettes ou un guignard normalisé par sa médiocrité, mais cultivent la nostalgie des siècles d’or et des rois.Mais il ne suffit pas de japper pour ressembler au lion. Il n’est pas élu depuis un mois que, déjà, l’on commence à se douter que ce roi d’opérette n’est qu’un comédien – à moins, ce qui serait plus grave, qu’il ne soit que la doublure de plus grands et redoutables que lui. Dès l’origine, l’Élu, issu de l’Inspection des Finances – l’élite de Bercy – et de la banque Rothschild, est apparu comme un homme de la Finance. Il n’est pas irrationnel de se demander quels maîtres il sert.La…
Lire la suite

La farce démocratique

On en revient toujours à La Fontaine. Français, nous grenouillons ! Il est vrai qu’après cent cinquante ans de République, notre peuple a de solides motifs d’être las de l’état démocratique. Et la farce politique à laquelle nous assistons depuis neuf mois – le temps qu’il a fallu à Marianne pour accoucher de Macron – illustre, derrière la fiction du nouveau Jupiter appuyé sur Démos, la faillite du système.L’ensemble du feuilleton forme une leçon de démocrassie, depuis l’organisation des primaires, présentées à l’origine comme une grande avancée démocratique et qui se sont soldées par la débâcle des principaux partis de gouvernement, jusqu’à l’élection de la chambre improbable par moins de la moitié des électeurs inscrits. Un triomphe… ?Le long épisode Fillon devrait conduire à s’interroger sur la manipulation des masses, l’illusion de la séparation des pouvoirs politique et judiciaire, l’ingérence de l’idéologie dans le fonctionnement de la justice, la collusion des parquets et de la presse, l’assujettissement des médias à la finance. En somme, tout ce qui a abouti à l’élimination pathétique…
Lire la suite

Pour une France jeune et « raide »

Samedi 25 mars, en l’église Saint-Augustin, le cardinal Sarah a donné une conférence sur la défense de la vie, à l’occasion du 23e anniversaire de la mort du professeur Jérôme Lejeune. Le préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements a décrit la dimension eschatologique de la bataille engagée contre Dieu et les hommes par « le dragon infernal rouge feu à sept têtes », les forces de mort et le « Goliath des puissances financières et médiatiques, lourdement armé et protégé par la cuirasse de ses fausses certitudes et par les nouvelles lois contre la vie », en face duquel « l’Église constitue le dernier rempart contre la barbarie ».Je mesurais, en l’écoutant, la distance sans mesure qui sépare ce combat, dont nous sommes l’enjeu, de l’ahurissante médiocrité du spectacle politicien qui nous est actuellement présenté. Les sujets de civilisation qui engagent notre avenir sont systématiquement exclus de ce débat en toc, dont les protagonistes ne semblent s’intéresser qu’aux salaires de Pénélope et aux costumes de François Fillon, ou aux…
Lire la suite

Le système contre le peuple

Comme l’on pouvait s’y attendre, François Fillon, a gagné son pari, dimanche 5 mars, en parvenant à mobiliser massivement l’électorat conservateur sur la place du Trocadéro. Les pétochards qui l’avaient abandonné, croyant avoir lu dans la presse et les sondages son acte de décès politique, en seront quittes pour aller à Canossa s’ils veulent récupérer une gamelle. Beaucoup se sont déjà mis en chemin. Le candidat Fillon sera trop heureux de les récupérer au nom d’une unité factice, comme il sera content de retrouver les bonnes grâces des centristes de l’UDI. « L’affaire Fillon » est emblématique de la rupture entre le pays réel et le pays légal – le Système dont l’ancien premier ministre est lui-même un produit et qu’il n’aspire au fond qu’à réintégrer. C’est ce qui explique que, tout en criant à « l’assassinat politique », il se refuse à dénoncer explicitement la collusion de l’Argent, de la presse, du pouvoir politique et de la justice (mais alors, où sont les assassins ?). C’est pourtant bien pour protester contre l’acharnement politique, médiatique…
Lire la suite

Embryon, mon amour !

«Le premier qui dit la vérité, il sera exécuté », chantait naguère Guy Béart. À quelques semaines de la fin de leur piteux quinquennat, les tyranneaux socialistes ont trouvé urgent de faire voter une nouvelle loi liberticide pour interdire toute résistance à la culture de mort. Comme le dit la fondation Jérôme Lejeune, « L’avortement aura été l’un des premiers marqueurs de l’action de ce gouvernement. La vérité en aura été la première victime. » Avec, hélas, les enfants tués chaque année dans le ventre de leur mère.Chut ! À ce sujet le silence est d’or et la parole à prix d’argent : aux termes de la loi étendant à Internet le « délit d’entrave » à l’avortement, trente mille euros d’amende ou deux ans de prison puniront les « pressions morales et psychologiques » prétendument exercées sur les femmes cherchant à s’informer. Mais qu’est-ce qu’une « pression morale ou psychologique » ? « Sur le plan juridique, ce texte laisse à peu près toutes les interprétations possibles », remarque la Fondation Jérôme Lejeune, en rappelant que selon le ministre Laurence Rossignol, « produire des…
Lire la suite

Macron, « troisième homme » ou baudruche ?

Lorsque paraîtra ce numéro de Monde&Vie, la « primaire » du parti socialiste – mais pas de la gauche – aura pris fin et le nom du champion retenu, Valls ou Hamon, sera connu. Ni l’un, ni l’autre n’ont de grandes chances de passer le premier tour de la vraie présidentielle. Cette « primaire » aura essentiellement montré que même à terre et le nez dans leur bilan, les socialistes parviennent encore à manipuler les chiffres et à inspirer aux Français le soupçon qu’ils ont triché.Le débat entre Hamon et Valls a aussi illustré la division de la gauche, PS compris, entre les deux tendances inconciliables qu’incarnent Mélenchon, et Macron. Que restera-t-il du PS à l’heure des comptes et de l’évaluation finale des dégâts ? Ce mollusque bivalve a-t-il encore sa place au sein du marécage politique ? Même François Hollande a paru se désintéresser de la comédie primaire, au point que certains commentateurs lui ont prêté le projet de saborder le PS pour soutenir Emmanuel Macron. Toutefois, ce président de la République si déconsidéré qu’il…
Lire la suite

En marche pour la vie !

Comment la protection des enfants à naître, le simple constat de leur existence en tant qu’êtres humains et le rappel de leur droit à la vie, voire l’objection de conscience des professionnels de la santé qui refusent de collaborer malgré eux à un acte de mort, sont-ils devenus, pour une opinion publique ordinairement si prompte à s’émouvoir – en faveur des ours polaires ou des taureaux de combat – l’unique tabou, l’interdit majeur passible des tribunaux de la République et du procès médiatique ?Le pis est que pour promouvoir l’euthanasie ou l’avortement, cette hostilité à la vie s’habille de bons sentiments : le malade souffre trop, l’enfant ne sera pas heureux, la femme se trouve dans une situation insupportable… Mais l’obsession homicide des promoteurs de cette politique trahit d’autres visées. Les lois votées pendant le quinquennat de François Hollande, réprimant non seulement les oppositions à la culture de mort, mais jusqu’à la liberté d’informer, accusent la dimension totalitaire de cette idéologie à laquelle une poignée d’audacieux ose encore résister en défiant les…
Lire la suite
Prev Next

Connexion ou Créer un compte