« Nous pensons qu’en France, le sursaut est possible, que les Français vont à nouveau s’aimer eux-mêmes et s’aimer entre eux, pour se redécouvrir tels qu’ils sont : viscéralement catholiques. »

Numéro en cours

Numéro 928 - Format PDF

Convoitises sur nos églises
Date de parution
mardi 30 août 2016 00:00

Prix3,00 €
Prix de base2,50 €
Montant des Taxes0,50 €
  • Description du produit

Les églises de pierre qui se dressent dans chacun des 36 000 villes et villages français portent hautl’identité spirituelle de la France. Les politiques doivent donc s’y intéresser et trouver des moyenspour les entretenir. Maurice Barrès était officiellement agnostique. Cela ne l’a pas empêchéd’entreprendre une grande Campagne face à ce qu’il appelait en 1912 déjà « la grande pitié deséglises de France ». Il écrivait : « Je ne suis pas de ceux qui aiment dans le catholicisme unegendarmerie spirituelle ! C’est pour moi-même que je me bats. Une église dans le paysage améliorela qualité de l’air que je respire. Parfaitement ! Ce qu’il y a de plus vivant et de plus noble chez lesgens de France et chez moi s’accroît dans l’atmosphère catholique. Chacun de nous trouve dansl’église son maximum de rendement d’âme. Je défends les églises au nom de la vie intérieure dechacun ». Nous pouvons faire nôtres aujourd’hui ces mots qui ont un siècle. Nos églises ne sont niaux djihadistes, ni aux promoteurs !

Connexion ou Créer un compte