« Nous pensons qu’en France, le sursaut est possible, que les Français vont à nouveau s’aimer eux-mêmes et s’aimer entre eux, pour se redécouvrir tels qu’ils sont : viscéralement catholiques. »

Numéro en cours

Numéro 935 - Format PDF

Identité : le bon génie du christianisme
Date de parution
lundi 30 janvier 2017 01:00

Prix : 3,00 €
Prix de base2,50 €
TVA : 0,50 €
  • Description du produit

Non l’identité n’est pas une notion banale et reconnue par tous. Une idée aussi simple, aussi évidente, fait peur et l’on ne se prive pas de vouer aux gémonies les « identitaires » qui s’en revêtent. Surtout : ne pas employer ce terme. Inutile de préciser ici que Jean-Paul II, le pape polonais, n’a pas écouté ces bien-pensants, ces gens au langage châtié qui s’autocensurent en permanence. Il nous a livré son testament spirituel, écrit en 1993, publié en 2005, l’année de sa mort, sous le titre tranquillement provocateur : Mémoire et identité. Le pape-monde, qui a franchi des millions de kilomètres, restait au fond de lui-même un patriote polonais.Notre dossier vous offre quelques échos d’une polémique parisienne sur l’identité, polémique opposant Laurent Dandrieu et Erwan Le Morhedec. Vous les retrouvez l’un et l’autre dans ces colonnes, Dandrieu mettant en cause avec talent la doctrine des derniers papes depuis Pie XII, sur l’immigration (doctrine il faut le dire qui fut aussi celle du pape Jean-Paul II) et Le Morhedec s’attaquant aux identitaires qui instrumentalisent le christianisme. La polémique, pour qui les lit de près tous deux, se simplifie : elle se focalise autour du statut de ceux que Laurent Dandrieu appelle « des catholiques culturels » et que l’on nomme le plus souvent « des catholiques non pratiquants » : ce sont de vrais chrétiens, qui constituent le réservoir presque inépuisable d’une nouvelle évangélisation, explique Dandrieu. Ils sont respectables dans leur humanité riposte Le Morhedec, mais pas comme chrétiens, parce qu’ils ne sont pas cohérents et trop purement identitaires…Gabrielle Cluzel vous indique, avec toute sa fougue, que la position de notre journal est bien plus proche de Dandrieu que de Le Morhedec : en douterez-vous ? Eric Letty revient sur l’identité nationale, pendant qu’Hubert Champrun tente de sauver le soldat Le Morhedec, par une subtile distinction entre identité et identitarisme.

Connexion ou Créer un compte