« Nous pensons qu’en France, le sursaut est possible, que les Français vont à nouveau s’aimer eux-mêmes et s’aimer entre eux, pour se redécouvrir tels qu’ils sont : viscéralement catholiques. »

Numéro en cours

Numéro 936 - Format PDF

La plus folle des Campagnes
Date de parution
lundi 20 février 2017 00:00

Prix3,00 €
Prix de base2,50 €
Montant des Taxes0,50 €
  • Description du produit

Tout commence par le geste de François Hollande début décembre expliquant qu’il ne se représenterait pas. À travers lui, les socialistes tirent les conséquences de l’échec annoncé. Restent en lice d’un côté François Fillon, conservateur, qui depuis le début de sa campagne, démentant sa vie politique d’apparatchik discret, a revendiqué sa foi chrétienne, et de l’autre côté Marine Le Pen, Front national. C’est pour contrecarrer ce choix « impossible » pour la gauche française qu’au même moment Emmanuel Macron était lancé sur orbite. Il a suffi ensuite d’inventer l’affaire Fillon et de communiquer sans fin sur un emploi qu’on aura bien du mal à déclarer fictif, celui de sa femme Pénélope, dont, par ailleurs, on ne sait toujours pas très bien à quoi elle s’employait.La chasse à l’homme a eu quelque chose de délirant, avec, depuis la création du Parquet national financier (PNF) par François Hollande, des juges d’exception, en contact permanent avec des médias très clairement ancrés à gauche. Problème : le Macron n’est peut-être pas aussi bon qu’on l’avait cru et Marine Le Pen, que personne n’avait voulu trop gêner jusque-là, pourrait bien être capable de crever le fameux plafond de verre, si les électeurs de Fillon se reportent sur elle. Voilà ce qui fait la plus folle des campagnes, une campagne à battre, durant laquelle les candidats ne savent plus à quel saint se vouer, comme le souligne Gabrielle Cluzel. On en oublie le véritable enjeu, nous rappelle Hervé Bizien : serons-nous patriotes ou mondialistes ?

Connexion ou Créer un compte