« Nous pensons qu’en France, le sursaut est possible, que les Français vont à nouveau s’aimer eux-mêmes et s’aimer entre eux, pour se redécouvrir tels qu’ils sont : viscéralement catholiques. »

Numéro en cours

Numéro 941 - Format PDF

La Droite explose, Vive la Droite !
Date de parution
mardi 6 juin 2017 00:00

Prix3,00 €
Prix de base2,50 €
Montant des Taxes0,50 €
  • Description du produit

Cette élection présidentielle a littéralement nettoyé le paysage politique français, de sorte que, selon le vœu de notre nouveau président, il ne reste plus que lui et… les extrêmes de droite et de gauche. La droite comme la gauche avaient fait leurs choux gras jusqu’ici de la pensée unique. S’étaient dressées face à cet épouvantail de la politique unique, une contestation politique à droite, une autre à gauche, qui ne cherchaient ni l’une ni l’autre à parvenir au gouvernement et n’avaient cure des rouages de la machine politique. Au fond, tout le monde avait cru sur parole le vieux comte de Saint-Simon, disant que la politique ne consistait plus dans le gouvernement des hommes mais dans l’administration des choses. À force de nier la politique, la France (contrairement à l’Allemagne sous Schroeder) n’a fait aucune réforme. Elle s’administre elle-même en laissant chaque année sa dette grossir un peu plus. C’est le système de 1944-1945 qui continue de fonctionner avec quelques amendements ici ou là.Emmanuel Macron, parce que c’est avant tout un homme de théâtre, nous a fait redécouvrir que la politique existe. Son libéralisme et les réformes par ordonnance qu’il a promises vont profondément marquer la France jacobine. Sans doute vont-elles permettre de réduire notre dette. Mais elles vont aussi plonger notre pays dans le multiculturalisme sans entrailles… Face à ce chemin de décomposition française, la droite semble n’avoir rien à dire, qu’à régler au FN comme chez les LR des guerres de clan. Elle a explosé. Elle doit se recomposer, en montrant qu’il n’y a de chemin vers l’avenir que celui qui passe par un véritable conservatisme. Guillaume Bernard insiste ici sur le travail des intellectuels, sur le renouveau nécessaire de l’intelligence politique. François Bousquet théâtralise la table rase devant laquelle on se trouve après l’implosion de tous les principaux partis politiques qui ont fait la Ve République.

Connexion ou Créer un compte