« Nous pensons qu’en France, le sursaut est possible, que les Français vont à nouveau s’aimer eux-mêmes et s’aimer entre eux, pour se redécouvrir tels qu’ils sont : viscéralement catholiques. »

Numéro en cours

Numéro 943 - Format PDF

Quelle écologie pour le XXIe siècle ?
Date de parution
samedi 22 juillet 2017 02:00

Prix : 3,00 €
Prix de base2,50 €
TVA : 0,50 €
  • Description du produit

Le xxe siècle a été le siècle des guerres mondiales et des génocides (jusqu’au génocide rwandais en 1994). Il s’agissait alors de montrer qui était digne des ressources nouvelles du génie humain. Le xxie siècle, lui, sera le siècle des tsunamis, de la hausse du niveau de la mer, de la désertification galopante, des migrations qu’elle engendre et d’autres cataclysmes naturels. Nous avons tous une conscience obscure de ces nouveaux dangers. Il est frappant de constater que quel que soit le scénario envisagé, que ce soit la catastrophe qui oblige à tout arrêter, comme le pense Alain de Benoist, que ce soit un grand examen de conscience qui oblige à tout remettre en question comme l’imagine de manière plus optimiste Richard de Sèze, au fond, notre conviction à tous est la même : il nous faut retisser « un contrat de nature » disait Michel Serres, par ailleurs bien optimiste, je trouve, sur la capacité de la Mère nature à apposer sa signature au bas d’un contrat… N’est-on pas en train plutôt de redécouvrir quelque chose comme une antique et naturelle piété ? Plus on respecte la nature,
plus elle nous respectera… L’écologie est désertée par les politiques de gauche qui avaient lancé une OPA sur ses thématiques dès la Présidentielle de 1974 ; notre François de Rugy, ci-devant président de l’Assemblée macroniste, est, par son ralliement d’écolo au Capital, le symbole de leur désertion. Et pourtant – paradoxe, comme attitude quotidienne, depuis le tri sélectif jusqu’au rejet de la malbouffe, le réflexe écologique fait l’objet d’un consensus planétaire, proportionnel au degré de culture reçue et à l’âge, c’est-à-dire au temps qui nous reste à passer sur la terre. Comment je vis personnellement ce consensus écologique, quelle limite dois-je m’imposer se demande Paul Piccareta, en notre nom à tous, en posant en quelque sorte la question morale à nouveaux frais. Frédéric Rouvillois montre, lui, d’un point de vue politique, la dimension foncièrement conservatrice de la démarche écologique, dont le pape François est un bon porte-parole. Quant à l’abbé de Tanoüarn, il propose, à ses risques et périls, quelques pistes pour une réflexion sur la théologie de l’écologie – de l’alliance noachique à l’Apocalypse.

Connexion ou Créer un compte