« Nous pensons qu’en France, le sursaut est possible, que les Français vont à nouveau s’aimer eux-mêmes et s’aimer entre eux, pour se redécouvrir tels qu’ils sont : viscéralement catholiques. »

Numéro en cours

Numéro 946 - Format PDF

L'Europe cannibale ...
Date de parution
mardi 17 octobre 2017 02:00

Prix3,00 €
Prix de base2,50 €
Montant des Taxes0,50 €
  • Description du produit

Faut-il craindre l’Union européenne ? Il est clair que la France, amoindrie, aurait désormais du mal à s’en passer, mais en même temps, cette organisation planificatrice, comme l’URSS autrefois, suce le sang de ses membres, pour pouvoir survivre. Romain Bessonnet, géopolitologue spécialiste de l’ancien espace soviétique, nous explique comment ce système correspond pour l’instant aux intérêts de l’Allemagne, qui a vassalisé un véritable Hinterland européen. Hugues Dalric montre la puissance politique d’Angela Merkel, qui est parvenue à concilier construction européenne et puissance de l’Allemagne. Richard Dalleau montre le système industriel français vendu à l’encan. Et pendant ce temps, quel contraste ! notre président Macron triomphe, lui. Il croit en une Europe fédérale, dans laquelle les nations devront cesser d’exister. Eric Letty analyse de près cet optimisme qui confine au délire.Ce qui se passe en Catalogne (à quoi nous consacrons trois pages en tête de ce numéro, semble confirmer cette abdication des nations européennes. Un peu partout, en Lombardie le 23 octobre prochain, comme en Catalogne le 1er octobre dernier, l’État nation est mis en cause. Serait-ce que les peuples lui reprochent de ne plus exprimer leur identité ? En se repliant sur les petites patries, on a l’impression de suppléer à la trahison des États nations, qui sont, Hubert Champrun nous le montre bien, les principaux vecteurs aujourd’hui de ce que l’on peut appeler l’européisme triomphant, de son idéologie mortifère, que dénonce Rémi Brague p. 22, et de son libéralisme, de son libre-échangisme destructeur.Ces pages sur l’Europe cannibale sont donc infiniment plus nuancées que leur titre en donnerait l’impression, l’État nation étant à la fois ce qu’il faut défendre et ce qui, faisant Europe à Bruxelles, nous tue…

Connexion ou Créer un compte