« Nous pensons qu’en France, le sursaut est possible, que les Français vont à nouveau s’aimer eux-mêmes et s’aimer entre eux, pour se redécouvrir tels qu’ils sont : viscéralement catholiques. »

Numéro en cours

Numéro 992 - Format Pdf

La République, mais quelles valeurs ?
Date de parution
dimanche 5 décembre 2021 03:47
Prix4,00 €
Prix de base3,33 €
Montant des Taxes0,67 €
  • Description du produit

Nous assistons aujourd’hui à une double radicalisation : radicalisation de la laïcité dont le message, s’identifiant à celui de Charlie Hebdo, est devenu une sorte d’athéisme obligatoire ; et radicalisation de l’islam, d’abord sous la pression de groupes comme Al Qaïda ou Daech, mais aujourd’hui, en dehors de ces organisations, par une prise de conscience spontanée, où la condamnation du matérialisme occidental est, malgré qu’on en ait, un élément déclen­cheur, à Paris comme à Ankara.Xavier Lemoine, maire de Montfermeil depuis 2002, nous offre un superbe entretien (p. 10-12) dans lequel il insiste sur la nécessité de rester fidèle à une conception chrétienne de la laïcité, qui suppose avant tout le respect des autres et donc des autres religions et surtout l’absence de confusion entre le sacré et le profane, confusion dans laquelle les musulmans radicalisés sont pas­sés maîtres. Le Christ, lui, ose dire : « Rendez à César ce qui est à César et àDieu ce qui est à Dieu », interdisant aux chrétiens de cultiver ce gloubi-boulga idéologique où se mélangent les matières profanes et la forme sacrée. L’abbé de Tanoüarn (p. 13-14) montre que la laïcité française n’avait jamais été athée(que l’on pense à Ferdinand Buisson ou à Jules Ferry), que cet athéisme collectif est un malheur de l’époque, que réduire la laïcité aux carica­tures est extrêmement dangereux en France comme à l’étranger. Si l’on en croit Ferry, la seule valeur de la République c’est le respect inconditionnel des valeurs des autres et, par surcroît, « de la vieille et antique morale que l’ontient de nos pères ». La laïcité qui aujourd’hui a pris de l’assurance, se radicali­sant face à l’islam, fait profession d’athéisme. Elle ne se rend pas compte qu’à l’enseigne de Charlie-Hebdo, elle est en train de devenir une idée religieuse à visée séculière, bref une idéologie. À jeter aux poubelles de l’histoire le plus vite possible.

Connexion ou Créer un compte