« Nous pensons qu’en France, le sursaut est possible, que les Français vont à nouveau s’aimer eux-mêmes et s’aimer entre eux, pour se redécouvrir tels qu’ils sont : viscéralement catholiques. »

Numéro en cours

Blog

Abbé de Tanoüarn

Rédacteur en chef

Entretien avec Guillaume Bernard

Branle-bas de combat au Front national. Florian Philippot démissionne. La perspective du Congrès, en mars 2018, précipite une recomposition interne mal pensée, qui pourrait ne rien changer à l’intérieur du Parti, au risque que d’autres tirent leurs marrons du feu… Florian Philippot quitte le Front national… Cela va tout changer selon vous ? Je crois surtout à une double manœuvre. Marine Le Pen a été intransigeante avec l’association Les Patriotes pour presser son président vers la sortie du Front national. Objectif : sauver sa tête à elle au Congrès de Mars 2018 en désignant un coupable de l’échec à la Présidentielle. De l’autre côté, en faisant monter la mayonnaise autour du « Couscousgate » de manière particulièrement caricaturale, Florian Philippot montre qu’il cherche à partir avant le Congrès de 2018 où lui et un certain nombre de ses amis risquaient de ne pas recueillir les suffrages des militants, qui souvent estiment qu’on doit lui attribuer, à lui d’abord, l’échec de Marine à la Présidentielle. D’une certaine façon, ils restent objectivement de connivence l’un avec…
Lire la suite
Eric Letty

Editorialiste

La grande misère des partis de droite

Assommées. Quatre mois après l’accession d’Emmanuel Macron à la présidence de la République, les droites, dans leur ensemble, n’en finissent pas de traverser un désert politique et de régler les comptes des élections perdues. C’est le cas des « Républicains », qui ne se remettent pas d’une défaite jugée impossible ; mais aussi du « Rassemblement Bleu Marine », dont la figure de proue s’est fracassée lors de son débat avec Macron et dont l’accès au second tour, au lieu d’une victoire, a pris le goût amer d’un échec. De part et d’autre, les querelles internes stérilisent les énergies et empêchent l’émergence d’une opposition sérieuse au nouveau gouvernement. On en reste au niveau zéro de la politique, entre « petites phrases » et polémiques « touitées ».Chez les « Républicains », les velléités d’opposition sont en outre découragées par l’existence du courant « constructif » tenté de se rallier au pouvoir, et par les luttes de chefaillons sur fond de vraies divergences idéologiques. Ces divergences ont été récemment illustrées par la sortie de Valérie Pécresse à propos de « la force d’âme » de la…
Lire la suite
Hubert Champrun

Pages Culture

Fraternité forcée

Brahim est drôle. Brahim est comédien. Brahim a du succès. Brahim est beur. Brahim a une famille. Brahim a un frère, Mourad. Le Prix du succès analyse la période où Brahim va vouloir échapper à son “identité” communautaire, donc à sa communauté : fraternité forcée des immigrés et de leurs descendants, religion musulmane décalée par rapport aux mœurs françaises, famille cocon qui vire cellule, il rejette tout ; et donc son frère Mourad, son mentor, son chauffeur, son agent, son producteur, qui est devenu son boulet. Le film est une belle histoire d’émancipation (sans surprise narrative, certes, mais qu’importe) tournée avec une très belle intensité : caméra portée, montage nerveux, gros plans dramatiques, brusques accélérations, on se croirait dans un film de braquage. C’est très intelligent car cela évite les longs dialogues où chacun dissèque son moi, affreux travers des “comédies psychologiques” françaises. Le jeu des acteurs est très physique : déplacements, postures, ton et débit de la voix, chaque personnage est d’abord une présence précise, les rôles les plus minces bénéficiant de visages…
Lire la suite
Abbé de Tanoüarn

Rédacteur en chef

« Les hommes et les femmes de terrain contre les élus hors-sol »

Et si Emmanuelle Ménard était la révélation politique de la nouvelle Assemblée nationale, qui n’apporte, il faut le dire, que bien peu de nouvelles têtes un peu remarquables, malgré tous les petits nouveaux qui se pressent dans l’Hémicycle ? C’est notre pari à Monde&Vie. Vous avez été largement élue député de la VIe circonscription de l’Hérault. Que pensez-vous de la nouvelle assemblée dont vous faites partie, du travail qui y a été fait cet été et du travail que l’on peut y faire ? Je suis une novice. À ce titre, j’ai commencé par ouvrir grand mes yeux et mes oreilles : observer et écouter est toujours très instructif. J’ai pu constater une grande pagaille dès les premiers jours. On a beaucoup parlé d’amateurisme. Je ne crois pas que cela puisse se réduire à cela. Emmanuel Macron a constitué une petite armée, qu’il souhaite à ses ordres. Cela fonctionne très bien avec certains. Un peu moins avec d’autres, qui ont une expérience politique, de droite ou de gauche d’ailleurs, et qui apprécient…
Lire la suite
Monde & Vie

Secrétariat Monde & Vie

La mort sur simple demande

On peut dire qu’aux Pays-Bas, 15 ans après sa légalisation, l'euthanasie est définitivement entrée dans les mœurs. Le premier pays à avoir légalisé la mort sur demande n’en finit pas de faire l’expérience de cet étrange pouvoir. Entre télé-réalité et statistiques à la hausse, le premier pays à avoir légalisé le droit de choisir l’heure et le jour de sa mort (on invite les proches et on ouvre une bonne bouteille) apporte la preuve de ce que tous les partisans du « droit de mourir dans la dignité » niaient sur tous les tons. Oui il y a une pente glissante. L’entrée en vigueur de la loi autorisant la mise à mort dépénalisée d’un patient par son médecin, moyennant une série de conditions qu’on disait draconiennes, a eu lieu en 2002. En 1990 on estime à 1,7 % la proportion de décès consécutifs à une euthanasie clandestine ; en 2015 4,5 % des décès ont fait suite à une piqûre létale légalement administrée, soit près d’une mort sur 20. Le…
Lire la suite
Monde & Vie

Secrétariat Monde & Vie

La France censurée

Le 16 août dernier, l’inénarrable Christophe Barbier, l’homme qui coule un journal aussi sûrement qu’un iceberg a pu couler le Titanic, se demandait récemment dans l’une des vidéos qu’il poste sur Internet si « la liberté d’expression, lorsqu’elle franchit les bornes de l’insoutenable, ne doit […] pas être limitée ? » Les bornes de l’insoutenable, pour l’écharpé de rouge du PAF, ce sont les déclarations du comédien Dieudonné. « Comme l’affaire Dieudonné a amené à réviser la liberté d’expression totale en France, on a l’impression qu’aux États-Unis, malgré leur constitution, malgré leurs traditions, ils devraient se poser cette question-là », poursuivait Barbier, prêt à légiférer outre-Atlantique. Juste une question, toutefois : où a-t-il pris que la liberté d’expression était totale en France avant « l’affaire Dieudonné » ? Barbier n’a-t-il jamais entendu parler des lois Gayssot condamnant le révisionnisme ? Ni des interpellations d’opposants à l’avortement coupables d’avoir prié dans la rue devant des hôpitaux pratiquant cet acte de mort ? Ni de la sanction prise à l’encontre du professeur Philippe Isnard, renvoyé de l’Éducation nationale pour avoir organisé dans…
Lire la suite
Abbé de Tanoüarn

Rédacteur en chef

Entretien avec l'Abbé Loiseau

L’abbé Loiseau est une personnalité forte dans l’Église de France. Mais ce n’est pas en tant que fondateur d’une communauté que Monde&Vie l’interroge aujourd’hui, mais plutôt à cause de son extraordinaire connaissance du terrain, en l’occurrence parce qu’à Toulon, il a voulu faire de l’évangélisation des musulmans l’une de ses priorités. M l’abbé, cher Fabrice, pouvez-vous présenter votre œuvre aux lecteurs de Monde & Vie ?   J’ai fondé les Missionnaires de la Miséricorde divine en 2005 avec l’abbé Dubrule et l’abbé Gillet. C’est une communauté de droit diocésain, qui a été lancée avec les encouragements et plus que les encouragements, à la demande que m’a faite Mgr Rey, évêque de Toulon. Cette Communauté repose sur trois piliers : la dévotion à la Miséricorde, en particulier telle qu’elle a été révélée à sainte Faustine, avec l’adoration eucharistique et la forme extraordinaire de la liturgie romaine et enfin l’idée de la nouvelle évangélisation. Qu’est-ce que la nouvelle évangélisation pour vous ? La nouvelle évangélisation est nouvelle en ce qu’elle suppose, dans notre pratique apostolique,…
Lire la suite
Hubert Champrun

Pages Culture

Et Dior créa la femme

Les robes de Dior sont autant de chapelles baroques. Petits monuments d’architecture, elles servent une féminité incarnée et convoquent autour de cette très terrestre divinité toutes les ressources de l’art et de la nature : fleurs, plumes, fibres, Rhodoïd, néoprène, plissés savants, silhouettes affirmées, armatures secrètes, étoffes denses ou nuageuses, tout concourt à ériger la femme, transformée en autel ambulant de son propre culte. Ligne Sinueuse, ligne Pyramide, ligne Trapèze, ligne Fuseau, ligne Corolle… Il s’agit à chaque fois de concilier l’élan et la stature, de permettre au corps de s’animer tout en le guidant par la coupe, parfaite tension. Entre le Bernin et Borromini, Christian Dior ne choisit pas, ni ses successeurs, allant du plus cérébral au plus luxuriant, au risque du faux-pas exotique, qui, même lui, demeure dans la tradition française de l’influence. L’exposition est fascinante car elle révèle – ou choisit ? – le parti pris de la continuité : depuis le New Look de 1947 et son emblématique tailleur Bar jusqu’au tailleur Rêve infini de Maria Grazia Chiuri…
Lire la suite

Connexion ou Créer un compte