« Nous pensons qu’en France, le sursaut est possible, que les Français vont à nouveau s’aimer eux-mêmes et s’aimer entre eux, pour se redécouvrir tels qu’ils sont : viscéralement catholiques. »

Numéro en cours

L'ÉDITO

Eric Letty

Editorialiste

La France macronisée

Rien ne pourrait faire plus de plaisir à Emmanuel Macron que de lui dire qu’il ne ressemble pas à ses prédécesseurs immédiats. Il a voulu en prendre le contre-pied avec un sens aigu de la communication, ayant compris – il l’a dit – que dans leur subconscient, les Français n’appellent pas de leurs vœux, pour les représenter, un marchand de tapis monté sur talonnettes ou un guignard normalisé par sa médiocrité, mais cultivent la nostalgie des siècles d’or et des rois.Mais il ne suffit pas de japper pour ressembler au lion. Il n’est pas élu depuis un mois que, déjà, l’on commence à se douter que ce roi d’opérette n’est qu’un comédien – à moins, ce qui serait plus grave, qu’il ne soit que la doublure de plus grands et redoutables que lui. Dès l’origine, l’Élu, issu de l’Inspection des Finances – l’élite de Bercy – et de la banque Rothschild, est apparu comme un homme de la Finance. Il n’est pas irrationnel de se demander quels maîtres il sert.La France ? Je doute qu’il la connaisse vraiment. Son peuple lui apparaît comme un ramassis d’ouvrières bretonnes analphabètes ou de gens de peu – si peu, qu’ils ne « sont rien » ! De son histoire, il retient Versailles, dont le décor grime et grise sa vanité ; mais il ne lésine pas sur les repentances, en reconnaissant officiellement – comme ses prédécesseurs depuis Chirac – la prétendue responsabilité de notre pays dans la rafle du Vel d’hiv et la déportation des Juifs ; ou, lors des obsèques de Simone Veil, en exaltant la sollicitude de cette dernière à l’égard des pauvres poseuses de bombes violentées dans les « geôles françaises » pendant la guerre d’Algérie… Les galonnés d’aujourd’hui ne valent guère mieux que les soudards d’hier et l’Armée n’a d’autre intérêt que de mettre en valeur le nouveau Jupiter, pour la galerie et les caméras, à bord d’un command-car ou d’un sous-marin nucléaire. Pour le reste, on traite comme un laquais un chef d’état-major qui a le front de protester contre les coupes claires opérées dans un budget déjà insuffisant pour permettre aux soldats d’accomplir les missions que les politiques leur ont assignées. Finances d’abord.L’on peut se demander, en effet, si la restauration des finances publiques et la solvabilité de la France ne sont pas le premier souci d’Emmanuel Macron. Souci louable, s’il n’est pas l’unique et ne place pas la solvabilité de la France avant sa santé, et l’intérêt des créanciers avant celui des Français. Les collectivités locales fournissent une autre illustration de cette obsession. Voilà des années que l’État se décharge sur elles des tâches dont il ne veut plus s’encombrer ; et des années aussi que lesdites collectivités augmentent les impôts locaux, à la fois pour faire face à leurs nouvelles missions, payer les gaspillages et financer le clientélisme de certains élus. Cercle vicieux… Soudain, Macron survient et leur impose de réaliser 13 milliards d’économies – beaucoup plus que ce que se fixe l’État lui-même. En contrepartie, il laisse aux élus le mauvais rôle, celui de protester contre la suppression de la taxe d’habitation pour 80 % des contribuables, qu’il a lui-même décidée en promettant des compensations qui tomberont du ciel. On peut prévoir la suite : moins de services et une augmentation des autres impôts, y compris de la taxe d’habitation (sans parler de la taxe foncière) pour les 20 % qui continueront de payer. Ainsi disparaissent les « classes moyennes », par la fuite ou l’arasement, dans une France macronisée.  

Prev Next

Connexion ou Créer un compte