« Nous pensons qu’en France, le sursaut est possible, que les Français vont à nouveau s’aimer eux-mêmes et s’aimer entre eux, pour se redécouvrir tels qu’ils sont : viscéralement catholiques. »

Numéro en cours

L'ÉDITO

Accueil - Monde & Vie

Eric Letty

Eric Letty

Editorialiste

Macron a porté sa bonne parole aux Français confinés

Le 13 avril, lundi de Pâques, le président Macron a porté sa bonne parole aux Français confinés devant leurs écrans de télévision et donné la date que chacun attendait : celle du début de la fin de l’assignation à résidence surveillée à laquelle est soumis l’ensemble du peuple français depuis le 17 mars.Pour exprimer leur joie, nos aïeux auraient crié : Noël !Ou plutôt Pâques, en l’occurrence... La France est une nation héritière du catholicisme, à la construction de laquelle l’Église a pris une part déterminante. Il n’aurait donc pas été incongru qu’au lendemain de la principale fête chrétienne, son dirigeant provisoire ait un mot pour ses concitoyens et administrés, empêchés par sa propre décision de la célébrer dans leurs églises. Au minimum, il aurait pu imiter le Turc Erdogan, qui a transmis ses « meilleurs voeux à [ses] citoyens chrétiens de différentes Églises et de différents groupes pour Pâques, l’une des fêtes les plus importantes pour eux ». Un petit mot de ce genre n’aurait pas constitué une plus grande offense à la déesse Laïcité…
Lire la suite

Macron et ses revirements

Les revirements d’Emmanuel Macron face à l’épidémie de coronavirus sont représentatifs de sa manière de gouverner, bâtie sur la communication comme en témoignent ses discours successifs et les injonctions paradoxales qui en résultent pour les Français.Rappel chronologique. Le 7 mars, alors que l’épidémie tuait déjà en France, Emmanuel Macron assistait à une pièce de théâtre pour montrer aux Français qu’il n’y avait aucune raison, « de modifier nos habitudes de sortie ». Le11, il prononçait, sur fond de tour Eiffel, une allocution grandiloquente, appelant nos compatriotes à ne renoncer« à rien »: ni aux terrasses et aux fêtes de soir d’été (on était en hiver !), ni à « la liberté de blasphémer », qu’il eût été dommage d’oublier en ces temps d’épidémie, ni bien sûr aux « valeurs de la République »… Le 12, il annonçait le maintien des élections, mais la fermeture des crèches et des écoles ; suivie, le 14, de celle des bars, des restaurants, des théâtres (pour les fêtes de soirs d’été en hiver, c’était fichu…) Le 16, enfin, il faisait la morale…
Lire la suite

Le naufrage du « nouveau monde »

De “l’affaire Griveaux”, qui défraie la chronique ces jours-ci, Maxime Tandonnet a tiré sur le site du Figarovox des leçons à peu près inverses de celles que j’en retiens. Cet ancien inspecteur général de l’administration au ministère de l’Intérieur, proche de Nicolas Sarkozy, déplore que 79 %des Français aient aujourd’hui une image négative de la politique – entendez plutôt : de la classe politique. Elle inspire de la méfiance à 39% d’entre eux, et du dégoût à 28 %. Tandonnet s’en émeut : « Après une série d’affaires tonitruantes qui ont ébranlé la démocratie française, notamment DSK et Cahuzac, les élections présidentielles et législatives de 2017 – elles-mêmes faussées par le scandale – se sont jouées sur la promesse de l’exemplarité, d’un renouvellement général, d’un “nouveau monde”, d’une “transformation” de la politique. La preuve est faite aujourd’hui, à travers le séisme parisien touchant de plein fouet une personnalité emblématique de ce nouveau monde, que le naufrage de la politique française dans le psychodrame et le sordide n’a jamais interrompu sa course folle »,…
Lire la suite

Macron, en route vers le néant

Depuis deux ans et demi qu’il gîte à l’Élysée, Emmanuel Macron s’ingénie à s’aliéner les Français qu’il prétendait vouloir unir autour de lui. Les faux sages et derniers macronistes déplorent que ce peuple, assemblage incertain de « Gaulois réfractaires », selon les mots du président d’infortune, soit impossible à gouverner et regrettablement indiscipliné. C’est sans doute vrai et l’on s’en plaignait déjà sous l’Ancien Régime. Les Français ne sont pas des Chinois ;certains s’en désolent. Raison de plus pour ne pas les mépriser ouvertement.Depuis deux ans, deux orages, différents parleurs motifs et la forme qu’ils ont prise, ont secoué le pays : la colère des Gilets jaunes, en rejet du racket d’État ; puis la protestation contre une réforme des retraites brouillonne et dangereuse – même si les syndicats la critiquent pour de mauvaises raisons. En décembre 2018, au cours d’une visite au Puy-en-Velay, Macron avait fui devant une foule en gilets jaunes. Un an plus tard, il a fallu l’exfiltrer d’un théâtre parisien sous protection policière. Le président peut-il encore quitter son palais ?Le pouvoir, qui…
Lire la suite

Les retraites de charybde en scylla

Voilà plus d’un mois maintenant que la France est bloquée par la grève dans les transports publics, qui coûte déjà 700 millions d’euros à la SNCF et une centaine à la RATP (et que les contribuables paieront, puisque ces sociétés appartiennent à l’État). Elle handicape en outre l’ensemble de l’économie française, avec un coût financier et humain encore bien supérieur.Les syndicalistes, qui prétendent agir en solidarité avec les travailleurs du secteur privé, se moquent du monde. Cet argument leur avait déjà servi à conserver les régimes spéciaux en 1995, alors qu’ils n’avaient élevé aucune protestation deux ans auparavant, quand la réforme Balladur avait durement rappé les régimes du privé. De quelle« solidarité » peuvent-ils se prévaloir, quand, pour défendre des régimes spéciaux dont les bénéficiaires jouissent de la sécurité de l’emploi, ils organisent une grève qui met en danger les entreprises et les emplois des travailleurs du privé, salariés ou indépendants, par ailleurs moins bien lotis en matière de retraites ? Et quand, par ailleurs, le refus d’abandonner une partie des coûteux privilèges…
Lire la suite

Noël en France, Noël marial

Ce qui est constant dans l’antichristianisme, c’est sa bêtise. J’ai failli écrire sa puérilité, mais les enfants ne méritent pas cette injure, eux qui sont plus ouverts à l’amour de Jésus que les prétendus sages de ce monde. Une fois de plus, les militants de l’athéisme trouvent à l’approche de Noël l’occasion d’exprimer leur détestation du Christ. Les adeptes de la soi-disant Libre Pensée persécutent devant les tribunaux les élus qui autorisent ou promeuvent – comme Robert Ménard à Béziers – la présentation de crèches traditionnelles dans l’espace public. En marge de la procession de Notre-Dame des Neiges, en Ardèche, des anarchistes manifestent, au nom d’une conception très laïciste de l’écologie, leur opposition à la construction d’une église (on les entend moins lorsqu’il s’agit d’une mosquée…). À Toulouse, une cinquantaine de nervis d’extrême gauche s’en prennent à une crèche vivante animée par des enfants, avec unetelle agressivité que le spectacle doit être suspendu – à la grande déception des petits, effrayés. Comment s’en étonner, puisqu’au mois d’octobre dernier, un membre…
Lire la suite

À qui profite la guerre des sexes ?

« Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa, homme et femme il les créa ». Pour réfléchir aux relations entre les hommes et les femmes, c’est à la Genèse qu’il faut en revenir. Le récit biblique situe la double création de l’homme et de la femme au sixième jour, comme le point d’orgue de l’OEuvre divine, et se conclut par l’appréciation du Créateur sur son propre ouvrage :« Et Dieu vit tout ce qu’il avait fait, et cela était très bon. » Le deuxième texte de la Genèse concernant la création de l’humanité montre l’émerveillement de l’homme devant la femme : « Celle-ci cette fois est os de mes os et chair de ma chair ! » Et le texte saint conclut :« C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair. »Notre civilisation s’est construite sur ces deux récits qui n’en font qu’un. Ils annoncent, par la joie et l’exultation qu’ils portent, le Magnificat de la Sainte Vierge :« exulte mon esprit en Dieu mon…
Lire la suite

Foi de charbonnier !

«Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. »C’est ainsi que commence le récit de la Genèse, dans la Bible et c’est aussi le titre d’un passionnant petit livre que publia le cardinal Ratzinger avant qu’il ne devînt Benoît XVI. Le futur pape y expliquait qu’à une époque où les hommes voyaient dans le monde le siège de puissances démoniaques, l’Ecriture leur montrait qu’il était l’oeuvre de Dieu. Voilà peu de temps encore, c’était si évident que l’on n’imaginait plus à quel point ce regard sur le monde avait pu être nouveau. Aujourd’hui, pourtant, cette évidence est niée, y compris au sein de l’Église catholique à en juger par ce qui s’est passé en marge du synode sur l’Amazonie, avec la vénération jusque dans les églises romaines et les jardins du Vatican de statuettes indiennes de la Terre-Mère, la Pachamama, déesse de la fécondité.Cette affaire s’inscrit dans une tendance syncrétiste, également illustrée par la co-signature, à Abu Dhabi, par le pape François et le Grand Imam de la mosquée Al-Azhar,…
Lire la suite
Prev Next

Connexion ou Créer un compte